Adieu veau, vache, cochon, couvée ou comment regarder sa tranche de jambon autrement…

N’ayant pas de télévision depuis bientôt un an et demi, le système de Replay est pour moi, le seul moyen d’avoir accès à la partie la plus intéressante de ce média : les documentaires. Et ce soir, j’en ai découvert un bien triste et affligeant mais utile à l’ouverture des consciences.  Je ne sais pas si celui-ci a remporté une part d’audience très importante étant diffusé en pleine semaine à 23h15 sur France 3…

Ce documentaire français, tourné au cœur de la Bretagne, grande terre agricole et d’élevage, permet de découvrir le système auquel nous participons tous (plus ou moins) sans même en être conscient : l’élevage industriel. Il dénonce bien sûr les conditions de vie et de mort de ces animaux qui finissent en steaks hachés ou en cordons bleus dans nos assiettes. Il nous éclaire aussi sur l’engrenage dans lequel les éleveurs sont entraînés contraints de faire face à une logique de profit impitoyable oubliant peu à peu ce qu’est véritablement leur métier. Enfin, il nous rappelle les conséquences désastreuses de ce type de production pour nos plages bretonnes (marées vertes) et pour la lointaine, et pourtant si vitale, forêt amazonienne.

Déjà sensible à la question, je dois dire que j’ai découvert des pratiques assez révoltantes : veau retiré à sa mère avant même d’avoir pu téter une seule fois, truies, incubateur géant, enfermé dans une cage en permanence… De quoi être dégouté de la viande! Heureusement, ce documentaire présente des solutions : réduire sa consommation et choisir les bons produits. Des éleveurs se battent pour produire autrement dans le respect des animaux et du consommateur.

Personnellement, j’ai déjà réduit ma consommation de viande mais je m’aperçois que je dois encore faire des efforts et surtout essayer de choisir des produits de qualité certes plus chers mais tellement plus bénéfiques pour la santé, l’environnement et les animaux.

Et vous êtes vous prêt à abandonner quelques tranches de jambon et autres steaks chaque semaine?

Adieu veau, vache, cochon, couvée, un documentaire de Béatrice Limare, une production Cinétévé, avec la participation de France Télévisions, de la RTS et du CNC.

Publicités

4 réflexions sur “Adieu veau, vache, cochon, couvée ou comment regarder sa tranche de jambon autrement…

  1. animation hyeres dit :

    Rien de plus agréable qu’un article clair et accessible, ça ne fais aucun doute pour moi, Adieu veau, vache, cochon, couvée ou comment regarder sa tranche de jambon autrement… My Ecolo Way a réussi cette épreuve.

    J'aime

  2. suppercut dit :

    Pour répondre à ta question = OUI et c’est même une démarche que j’ai entamée il y a quelques temps (un an ? peut être un peu plus ?), et j’ai réussi à pas mal réduire la quantité de mes repas carnés en comptant les viandes + les poissons/crustacés mais aussi les œufs (parce que pas d’oeufs sans poules vivantes, qui mangent, chient, etc). Avant je mangeais de la viande/poisson 2 fois par jour, maintenant c’est 1 fois pas jour (en moyenne bien sur, je n’ai pas une rigueur à toute épreuve non plus). Je suis assez fière de moi car il était extrêmement rare d’avoir un repas sans viande ou poisson pendant toute mon enfance/adolescence et finalement les habitudes se changent bien.

    Ensuite il serait intéressant de savoir quel est l’impact de tous les aliments qu’on achète (marqué sur l’étiquetage), pour savoir si je peux pas faire encore un peu plus d’efforts en éliminant peut être certaines choses que je mange, et que je pense être à peu près ok pour l’environnement, et qui s’avèreraient être en fait très polluantes.

    Je n’ai par contre pas encore fait la démarche d’acheter plus « sain » (et moins industriel) la viande/poisson que j’achète. Peut être une prochaine étape à venir, même si finalement elle me semble beaucoup plus dure à franchir en terme d’organisation des courses… à voir.

    J'aime

    • myecoloway dit :

      Pour ma part, nous faisons les courses à 95 % en dehors de la grande distribution et en bio. Nous cuisinons beaucoup ce qui limite les impacts et essayons dans la mesure du possible de manger local. Comme toi, j’ai grandi avec viande ou poisson à chaque repas. Aujourd’hui nous mangeons de la viande 1 fois par jour voire moins. Nous avons mis en place une journée végétarienne par semaine. Le tout est de trouver les bonnes recettes qui permettent de manger équilibré. Je publierai bientôt ce genre de plat.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s